Et la Pointe devint la commune de Port-des-Barques

Article publié dans le journal Le Littoral

Alors que la plupart des communes se sont constituées au moment de la Révolution, Port-des-Barques fête ses soixante-dix ans. Revenons sur l'histoire de la scission d'un village.

Jusqu'en 1947, Saint-Nazaire-sur Charente s'étirait le long de la Charente, depuis Rochefort et Soubise jusqu'à l'île Madame. Sa renommée tenait à ses fortifications qui contribuaient à la défense de l'arsenal de Rochefort et à l'avitaillement des bateaux en partance pour des horizons lointains. Même Lafayette s'était embarqué à bord de l'Hermione non pas de Rochefort mais depuis un ponton situé à l'embouchure de la Charente.

Après la deuxième guerre mondiale, rien ne va plus dans la commune et la polémique enfle. "Ceux de la pointe" reprochent aux habitants du village de ne s'intéresser qu'aux questions agricoles et de délaisser leur hameau situé à l'embouchure de l'estuaire. Ils sont pourtant environ mille habitants à vivre de la mer et plus particulièrement de l'ostréiculture. Des mesures s'imposent d'autant plus que le développement du tourisme balnéaire à l'entrée de l'estuaire se développe.

L'homme de la situation

Justement, "la pointe" abrite la résidence secondaire d'un homme politique de premier plan. Il s'agit de Maurice Bécuwe. Il a été secrétaire général du parti politique l'Alliance démocratique avant guerre et est devenu à la libération l'attaché parlementaire de Robert Schuman, alors Président du Conseil des ministres. Il appartient à plusieurs cabinets ministériels de 1946 à 1949 et profite de ses appuis politiques pour obtenir la scission du hameau de la commune de Saint-Nazaire. De nouvelles limites géographiques sont définies et la nouvelle commune est reconnue en préfecture le 6 septembre 1947. Elle s'appelle Port-des-Barques. Saint-Nazaire passe de 1 635 habitants au recensement de 1946 à 706 à celui de 1954. La nouvelle commune souffre quant à elle d'un retard phénoménal en matière d'infrastructures. En deux ans, Maurice Bécuwe, élu maire dès les premières élections, dote sa ville d'une mairie, d'un stade, d'une école digne de ce nom, d'une gendarmerie, d'un marché couvert et d'un monument aux morts. Le 8 mai 1949, les nouvelles installations sont inaugurées en grande pompe. Ministre, conseiller d'état, sénateur ou préfet, ils sont là pour louer le travail accompli. Mais derrière ce faste, une autre réalité se profile. Les relations du maire avec ses conseillers municipaux se détériorent. Ils lui reprochent de ne pas les concerter et de gouverner Port-des-Barques depuis son bureau parisien. Maurice Bécuwe ne gardera son siège de maire que jusqu'aux élections de 1956.

Photo : ©A.G. Maurice Bécuwe avait acquis cette maison de pêcheur en 1946

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

Suivez-moi

Agnès Giraudeau

 2019
 

Téléphone :

06 20 87 45 20

  • Facebook Clean
  • White Google+ Icon

Rédactrice à domicile et création de sites Internet - 8 rue de la Couture - 17620 Saint Jean d'Angle près de Rochefort en Charente-Maritime (17)

Les images de ce site ne sont pas libres de droit. Elles sont soumises aux règles du droit français et du Code de la Propriété Intellectuelle.